Qui suis-je ?

Je suis Thyfanie et je crois que, quelle que soit la forme que cela prend, ce que désire chaque parent est de donner la meilleure éducation à son enfant.

J’ai grandi dans une famille où je n’avais pas ma place ni mon mot à dire dans les prises de décision sur le fonctionnement familial ou les décisions qui me concernaient. Quand je suis devenue maman, je croyais que je serais une super maman et que je ferais forcément mieux que ce que j’avais connu en tant qu’enfant.

Puis, ma fille a grandi. Je me suis rendue compte que je n’étais pas “la meilleure maman du monde” que je voulais être. Être juste dans ma posture de parent ne serait pas si facile et je ne savais pas tout sur mon rôle de parent. Pour autant, je ne comprenais pas encore d’où venait mon malaise. 

En matière d’éducation, j’ai expérimenté un extrême et je ne m’y suis pas retrouvée. J’ai donc basculé dans l’extrême opposé. Mais je n’y ai pas trouvé ma place non plus, ni mon enfant.

J’ai commencé par tout mettre en place pour rejeter la responsabilité sur l’extérieur et penser que c’était ma fille qui avait un caractère difficile. En travaillant avec des enfants en milieu scolaire, je me suis ensuite retrouvée dans une posture “entre l’enfant et l’adulte”. Ce point de vue, cet “entre deux” m’a permis de me questionner plus en profondeur sur la posture de l’adulte vis à vis de l’enfant et de prendre conscience que je n’étais pas à l’aise avec la manière de communiquer des adultes avec les enfants.

J’ai ressenti le besoin de revoir complètement ma posture en tant qu’adulte et en tant que maman, repenser ma manière d’être en lien, de communiquer et d’accueillir ce qui est vivant chez l’autre.

Finalement, j’ai compris que cheminer vers un bien-être familial ainsi qu’un équilibre éducatif est une question de temps, de pratique, de persévérance et de tolérance envers soi-même.

Sur la base de ces constats, j’ai participé à des stages de Communication Non Violente©, inscrit ma fille en instruction en famille puis pris part à la co-création d’une école démocratique et enfin, participé en tant que parent à un atelier CPS parent Mindful©.

Aujourd’hui, je vois l’éducation comme une palette de couleurs : il ne s’agit pas d’être dans le tout noir ou le tout blanc mais de colorer sa toile avec les tons qui nous ressemblent.

J’ai pratiqué plusieurs métiers qui d’un premier abord, n’ont rien à voir les uns avec les autres. Et pourtant, un fil rouge se dessine et crée du sens à mon parcours : Quelle que soit la forme que cela prend, je me suis toujours attelée à mettre de la couleur et à faire ressortir la beauté dans toutes choses.

En 2017, une amie me propose de co-animer des ateliers d’accompagnement à la parentalité CPS parent Mindful©. Depuis, j’ai la chance d’accompagner des familles à trouver des solutions qui leur ressemblent.

J’aide les familles à sortir des extrêmes pour leur permettre de construire leur propre palette de couleurs éducatives.

J’aime voir les parents s’ouvrir comme des fleurs quand ils trouvent comment coopérer avec leur enfant.s et trouver ensemble des solutions aux conflits qu’ils rencontrent. Cela me réjouit d’observer les familles qui s’approprient les outils pour finalement leur donner la couleur familiale. Je crois que la relation humaine est un des piliers pour faire grandir l’humanité et que cela passe par notre manière de communiquer.

J’aspire, à contribuer à la société à travers ma posture d’accompagnante en parentalité.

Je crois que les enfants sont les adultes de demain et que par conséquent, l’éducation a le pouvoir de changer la face du monde. Les parents sont les premiers éducateurs de leur.s enfant.s. S’ils sont outillés et développent leurs propres compétences, ils permettent à leur.s enfant.s de développer leurs potentiels. Je crois que les conflits sont une grande source d’apprentissage et des occasions précieuses de développer nos compétences psychosociales tant chez nous, parents, que chez notre enfant.

J’habite dans le département de l’Isere (38), entre Grenoble et Voiron, dans le pays Voironnais à Coublevie.

Vous voulez cheminer avec moi ?